Quels sont les aliments à privilégier ou à bannir ? Faut-il avoir peur des régimes ? Comment adapter les principes d'une alimentation équilibrée à la vie active ? Cette page est faite pour vous.

Les surgelés, c’est futé !
Les grandes étapes de la surgélation industrielle remontent à plus de 120 ans.
Aujourd’hui, nous traversons une rue pour rejoindre nos magasins de surgelés préférés, remplir nos congélateurs et parer ainsi à toutes les situations ! M.R.
400x604
La surgélation est un procédé de conservation des aliments qui consiste à abaisser la température le plus rapidement possible jusqu’à -18°C en tout point du produit. Cela peut prendre quelques minutes pour des haricots verts ou un plat préparé à une quinzaine de minutes pour des pièces plus importantes comme un poulet entier. L’eau constituant les aliments passe ainsi de l’état liquide à l’état solide (micro-cristaux de glace). L’abaissement de la température et la transformation de l’eau en glace entrainent un ralentissement, et même un quasi arrêt, de toute activité biologique (bactéries), voire chimique et enzymatique pour les très basses températures.

La congélation est un abaissement de la température à cœur soit à -18°C mais de façon plus lente. Ce procédé est employé seulement pour certaines grosses pièces de viande ou de gibier.

Surgélation et congélation stoppent le développement des micro-organismes mais ne les détruisent pas. Si la chaine du froid n’est pas interrompue, les produits surgelés peuvent se conserver de plusieurs semaines à plusieurs mois.

En effet, de faibles variations de température, de l’ordre de 3 à 5˚C provoquent une reprise de l’activité des micro-organismes qui sont nuisibles à la qualité gustative du produit surgelé mais pas à la santé. Mais de grosses variations de température (décongélation partielle ou totale et resurgélation) sont dangereuses car à -10˚C, certaines bactéries retrouvent leur activité et à partir de 0˚C, toutes les bactéries prolifèrent d’autant plus intensément qu’elles sont été neutralisées par le froid. Il faut éviter les meubles surchargés et/ou mal entretenus à la maison.

DLC et DLUO, kesako ?

Il faut aussi apprendre à lire et déchiffrer les mentions apposées sur les emballages des produits. L’appositiond’une date limite sur les produits alimentaires a pour objectif de faire connaître au consommateur la limite au-delà de laquelle un aliment est susceptible d’avoir perdu ses qualités microbiologiques ou ses qualités organoleptiques, physiques, nutritives, gustatives, etc.

=> La Date Limite de Consommation ou DLC indique une limite impérative. Elle s’applique à des aliments très périssables, généralement riches en eau qui, de ce fait, sont susceptibles, après une courte période, de présenter un danger immédiat pour la santé humaine. Elle s’exprime sur les emballages des produits par la mention : “A consommer jusqu’au…”, suivie de l’indication du jour et du mois. Il est important de respecter cette date et de ne pas consommer un produit périmé.

=> La Date Limite d’Utilisation Optimale ou DLUO concerne, notamment, les produits surgelés et les glaces, les produits secs (céréales, pâtes, légumes secs, biscuits, etc.), les conserves, les produits lyophilisés ou déshydratés (soupes en sachets, café soluble, épices….), le lait UHT, les fromages affinés, les boissons non alcoolisées servies à température ambiante (jus de fruits, sirops, etc.)… Elle n’a pas le caractère impératif de la DLC. Une fois la date passée, le produit peut avoir perdu tout ou partie de ses qualités spécifiques (perte d’arôme pour un café, perte de croustillance pour un biscuit, etc.) mais peut continuer à être consommé sans danger. La DLUO est exprimée sur les emballages par la mention : “A consommer de préférence avant le…”, complétée par l’indication du mois et de l’année pour les produits surgelés. Les surgelés offrent l’avantage d’une longue conservation, de 9 à 24 mois selon les produits permettant de les utiliser quand on veut, quand en a besoin ! Au-delà de la DLUO, conservés à -18°C au congélateur, ils restent consommables.

Une assurance qualité :

Les produits surgelés répondent à l’attente des français (goût et équilibre alimentaire) car ils garantissent une fraicheur préservée. Les produits bruts destinés à la surgélation sont traités dans un délai très court et à leur optimum de saveur et de fraîcheur. Par exemple les produits de la mer sont souvent préparés et surgelés directement sur le bateau ! Les produits finis proposent également des recettes élaborées à partir d’ingrédients de qualité afin de proposer un plat sain et équilibré, en toute sécurité. La surgélation ne transforme pas les produits, c’est un mode de conservation naturel qui fait appel au seul grand froid. C’est le procédé de conservation qui n’altère pas le produit. Les produits surgelés assurent donc des qualités d’origine intactes et restituent parfaitement les textures, les couleurs, les saveurs et les qualités nutritionnelles des matières mises en œuvre.

Les surgelés, c’est l’anti-gaspillage !

Question de budget ou d’éthique le consommateur est de plus en plus attentif au gaspillage. Les produits surgelés bruts sont vendus au poids net, c’est-à-dire épluchés, équeutés, éboutés. Lorsque que l’on sait que ces déchets peuvent représenter plus de 40% du poids des produits sortant du champ, cela représente une véritable économie. De plus, en privilégiant la surgélation on réduit fortement le poids transporté inutile…et donc le bilan carbone !

Cueillis ou traités en pleine saison de production, les produits surgelés subissent moins les variations des coûts liées à la saisonnalité. Leur rapport qualité/prix reste performant et avantageux quelles que soient les fluctuations économiques ou météorologiques. Enfin, les préparations surgelées souvent pré-poportionnées permettent d’utiliser uniquement ce dont on a besoin : des avantages budget toute l’année pour éviter le gaspillage.

Futés, les surgelés proposent une large gamme de produits pensés pour tous, pratiques, bien dans leur temps et qui font l’unanimité ! Qualité, diversité, sécurité, prix accessibles, gourmandise, équilibre… c’est l’assurance de la qualité !