L’or rouge des Ardennes
 

Après une éclipse d’un siècle, le safran français fait son grand retour.
Réputé pour sa qualité, il est aujourd’hui cultivé dans plusieurs régions de France, dont les Ardennes, où Delphine Liégeois a monté une exploitation.

400x467
150x180
Delphine Liégeois a été professeure d’histoire-géographie de 2009 à 2014, avant de prendre un congé parental d’un an pour s’occuper de ses trois enfants en bas âge et avoir
une vie de famille plus paisible. Elle profite également de cette pause pour lancer son entreprise.

Issue d’une famille d’agriculteurs depuis plusieurs générations, elle a en effet envie de faire comme ses frères, sa sœur et son époux, et de marcher dans les pas de ses
ancêtres.

Pour Delphine, ce retour à la terre n’est pas uniquement un retour aux sources : c’est aussi une façon d’être son propre patron, de mettre son quotidien en adéquation avec ses idées, et de profiter d’une vraie liberté de travail.

Ce projet ne date pas d’hier : en 2008, suite à un reportage sur la culture du safran, elle se prend de passion pour cette fleur si particulière. « J’adore l’idée de créer, explique-t-elle. Partir d’un bulbe et réussir à en tirer une épice, c’est magique et très valorisant ».

Dès 2009, elle plante une centaine de bulbes de crocus sativus. Puis, les choses s’enchaînent très vite : passage à plusieurs milliers de bulbes, mariage, enfants, congé parental, étude de la culture, essai auprès de restaurateurs concluants, et volonté de mécanisation.

150x180
En 2014, Delphine réalise une nouvelle plantation sur une parcelle de terre, et mécanise son exploitation en vue d’un passage en agriculture biologique. Elle reçoit la certification de l’organisme de contrôle Ecocert. Cette précieuse certification garantit que le safran est cultivé sans traitement, dans une volonté de transparence totale. La récolte de 2017 sera la première à être vendue avec la mention « produit issu d’une agriculture en voie vers l’agriculture biologique ».

Le savoir-faire du safran
 

Les fleurs sont ramassées chaque matin à l’aube afin que le pistil ne soit pas altéré par le soleil ou la pluie, et placées dans un panier prévu à cet effet. Les pistils sont ensuite coupés aux ciseaux sur un tamis afin de faire tomber les restes floraux, puis sont séchés de façon douce et naturelle.

Une fois séchés, les pistils sont triés une nouvelle fois avant conditionnement, afin de ne conserver que les filaments sans restes floraux.

Une garantie de qualité
 

Le safran de Delphine Liégeois est un safran de catégorie 1, la meilleure du monde.

Il est pur à 100%, il faut savoir que 86% du safran qui se retrouve sur le marché français est falsifié. Sur son exploitation, il s’agit d’un safran « red premium » ou safran coupé, qui ne contient que la partie rouge des filaments. Le reste du pistil ne présente en effet pas d’intérêt en cuisine.

150x180
Seul le safran récolté dans l’année est vendu car il possède un taux de picrococine élevé, il est donc plus riche en goût.

En veillissant, il gagnera en parfum, ce qu’on appelle le safranal. C’est un safran boisé et floral, cultivé de manière naturelle, dont la fabrication respecte les règles d’hygiène et de l’agriculture biologique.

Dans une quête de qualité et un souci de transparence, le safran est analysé chaque année par le laboratoire Anascan, qui est spécialisé dans l’analyse des huiles essentielles.

En plus de son safran, Delphine a développé de nombreux produits : des douceurs sucrées et salées et des alcools, qu’elle commercialise sur sa boutique en ligne LeSafran.fr comme :
• Fleur de sel de Guérande au safran en direct de la coopérative « Le Guérandais ».
• Moutarde et vinaigre au safran de chez Charbonneaux-Brabant, à Reims.
• Confitures des vergers des Ardennes, réalisées avec des fruits non traités.
• Miel d’apiculteur au safran…..

Le site commercialise également des bulbes de crocus sativus bio, dont la livraison ne peut s’effectuer qu’en juillet-aout, afin de respecter le cycle végétatif de la plante, pour jardiniers ou futurs safraniers….